Un mois à Okinawa : fantasmes vs réalité

On appelle couramment « Okinawa » l’ensemble des petites îles paradisiaques, éparpillées dans l’océan Pacifique à l’extrême sud du Japon (en réalité c’est un peu plus compliqué). L’île principale d’Okinawa abrite Naha, la ville la plus habitée de l’ensemble qui fait office de capitale. Après Yakushima, nous avons pris un vol de Kagoshima à Naha en ayant prévu de rester un mois dans le coin pour visiter l’île principale et toutes les petites îles les plus proches : Zamami, Aka, Kumejima, Miyako, Iriomote, Ishigaki. La préparation de notre roadtrip nous avait pris tellement de temps, que nous nous contentions de fantasmer Okinawa en nous disant que « nous verrions bien ». En arrivant à Naha, nous avons vite déchanté !

Point de centenaires

Vous connaissez le régime des centenaires d’Okinawa ? Je m’attendais à croiser des centenaires à tous les coins de rue, sauf que l’île principale d’Okinawa étant occupée à 75% par des bases militaires américaines, je suis surtout tombée sur des fast-food.

Plage sur l'île principale d'Okinawa, Japon

Voiture obligatoire

Au début de notre séjour, nous avions réservé une chambre dans une guesthouse à proximité de la très animée « Kokusaï street », la rue commerçante de Naha. Après avoir exploré la rue et ses alentours, nous avons voulu pousser plus loin : le réseau de transports en commun n’est vraiment pas terrible, nous avons passé beaucoup de temps à attendre les bus et payé nos tickets assez chers. Moralité : au-delà de Kokusai street et ses environs proches, une voiture est incontournable. Nous sommes passés par la compagnie OTS qui propose les offres les moins chères. Avec notre voiture nous avons enfin pu explorer l’île principale, j’ai d’ailleurs écrit un article sur les visites que nous avons préférées !

Embouteillage à Naha, sur l'île principale d'Okinawa, Japon

Gros budget à prévoir

Nous avions imaginé visiter toutes les petites îles qui gravitent autour de l’île principale. Lorsque nous avons commencé à regarder les prix pour le transport, nous avons rapidement dû revoir notre programme. D’abord, les seules îles accessibles en bateau du port de Tomari proche de Kokusaï street – le centre de Naha – sont les Kerema (Zamami, Aka, Tonaki…) et Kumejima. Pour les autres (Miyako, Ishigaki, Iriomote, Kuroshima), il faut prendre l’avion de l’aéroport de Naha et les billets sont chers (à partir de 20 000 yen aller-retour). Certaines îles ne sont accessibles qu’en bateau d’une première île, que l’on aura rejoint en avion.

Sur les petites îles aussi il faut louer une voiture. La seule île sur laquelle il n’est pas indispensable de louer une voiture est Zamami qui se fait à pied (+ Aka et Tonaki accessibles en bateau depuis Zamami) et nous avions lu qu’on pouvait circuler en bus sur l’île de Kumejima. Nous avons donc décidé de nous rendre uniquement à Zamami et Kumejima. En réalité, nous n’avons jamais pu nous rendre à Zamami, car les conditions météo nous ont forcés à annuler toutes nos réservations (pratique, on réserve auprès du port, mais on ne paye que si on embarque). À Kumejima, il y a effectivement des bus, mais il n’en passe un que toutes les trois heures et l’île ne se visite pas à pied – j’ai écrit aussi écrit un article sur notre drôle d’aventure à Kumejima.

L'un des caps d'Okinawa, Japon

Une expérience tout de même enrichissante

Même si Okinawa ne correspondait pas à ce que j’attendais et que nous y avons laissé une grosse partie de nos économies, nous avons tout de même passé de très bons moments. Nous avons découvert une autre facette du pays, un Japon tropical où tout le monde est bronzé et où on mange des tacos. Nous avons commencé à pratiquer l’art du snorkeling, le fait d’observer les poissons dans des eaux peu profondes avec un masque et un tuba. Nous avons pris du plaisir à nous perdre dans les galeries autour de Kokusaï street où nous avons testé de délicieux restaurants et visité de charmantes petites boutiques d’artisans. Nous nous sommes baignés dans des eaux turquoise sur des plages qu’on ne voit d’habitude que sur des cartes postales. Nous souviendrons longtemps de ce mois à Okinawa !

Requin-baleine à l''aquarium d'Okinawa, Japon

Infos pratiques

  • Si vous préparez une virée à Okinawa, je vous conseille d’éviter le mois de septembre, car c’est la saison des typhons. Apparemment, le mois d’août n’est pas agréable non plus en raison des fortes chaleurs et du grand nombre de touristes.
  • Si vous préparez une virée sur une île japonaise et que vous lisez l’anglais, nous avons découvert ce blog qui est très bien fait ! http://amamika.com/japan_travel/islands/

Carte pour vous situer Okinawa et les petites îles (notamment par rapport à Yakushima où nous étions avant) :

Publicités

One thought on “Un mois à Okinawa : fantasmes vs réalité

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s