Bye-bye Tokyo, hello Kyūshū !

Chers lecteurs, comme il était compliqué ces dernières semaines de trouver le temps de vous écrire ! Demain, je pars pour le Fuji Rock, un festival international de musique perché dans les montagnes. Je vais servir des bières et des galettes sur le stand de Maison Bretonne, la crêperie où j’ai travaillé en arrivant à Tokyo. Le festival va durer quatre jours et quand je reviens, nous décollons pour le Kyushu, où nous allons passer tout le mois d’août avant de rejoindre les îles d’Okinawa en septembre. Nous quittons donc Tokyo avec le cœur un peu lourd, car l’air de rien, nous y avons pris nos marques… Non mais attendez, qu’est-ce que je raconte, n’allons pas nous empâter à l’autre bout du monde, à nous l’aventure, les grandioses montagnes, les plages de sable étoilé et les petits villages perdus !

Itinéraire d’un roadtrip Excel-lent

Vous connaissez sûrement mon sens de l’organisation et surtout mon adoration pour Excel, élu meilleur logiciel du monde par moi. Alors voilà, Dou (oui je l’ai un peu contaminé) et moi avons couché sur Excel notre mois de vadrouille dans l’île la plus au sud de l’archipel. Et puis nous avons eu une super nouvelle la semaine dernière : nous allons tester deux ryokan (auberge traditionnelle japonaise avec sources chaudes) pour Voyapon dans la préfecture de Oita (où se trouve notamment Beppu, la ville réputée pour ses sources nombreuses sources thermales). Ça s’annonce donc très sympa !

Voici un récap’ de tout ce que nous avons prévu de visiter : nous arrivons le 27 juillet à Fukuoka, la plus grande ville du Kyushu où nous passerons une semaine. Ensuite, nous louons une voiture (j’ai juste eu à faire traduire mon permis de conduire pour la modique somme de 3000 yen), c’est le début d’un roadtrip de 3 semaines !

Vue de la ville de Beppu au Japon.

Vue de la ville de Beppu. Source : en.apu.ac.jp

Puis nous nous baladerons entre les préfectures de Fukuoka et d’Oita en faisant du camping (gratuit). Nous visiterons ensuite les villes de Beppu et Yufuin avant de grimper le mont Aso et de pagayer entre les gorges de Takachiho. Puis nous nous enfoncerons dans la vallée perdue de Gokanosho. Enfin nous rejoindrons Kagoshima, la ville la plus au sud de la région pour prendre un ferry jusqu’à Yakushima, l’île qui a inspiré Miyazaki pour le film « Princesse Mononoké ». Après quelques jours sur l’île, nous nous envolerons pour Okinawa !

Vue du mont Aso. Source : welcomekyushu.com

Vue du mont Aso. Source : welcomekyushu.com

Vue des gorges de Takachiro. Source : Voyapon.com

Vue des gorges de Takachiho. Source : voyapon.com

Là, il nous faudra créer un nouvel onglet sur Excel, car nous n’avons pas eu le temps de préparer quoi que ce soit ! Mais bon, en même temps ça va bien avec cet ensemble d’îles paradisiaques, sur lesquelles on a juste envie de se détendre et de ne surtout pas ouvrir Excel.

Sinon je ne vous ai pas raconté 

Ces dernières semaines nous avons beaucoup travaillé. Eh oui, il faut bien payer la location de la voiture et tous les fabuleux restaurants que nous allons tester dans le Kyushu ! Nous sommes devenus de vrais couteaux suisse ambulants !

D’abord il y a Voyapon : mes premiers articles ont été publiés, quand je vous manque beaucoup trop, vous pouvez me lire iciNous avons aussi continué à travailler sur la stratégie Facebook (merci à tous ceux qui ont rejoint la page et réagissent régulièrement aux publications ) et nous nous attaquons bientôt à Twitter.

Biche devant un torii à Nara, Japon.

Vous verrez, niveau photo j’ai tout donné ! Source : voyapon.com/fr

Ensuite il y a Wataru-san : c’est mon unique élève de français. Un petit Monsieur pas très commode qui répond « Tout ce qui est japonais » à la plupart de mes questions (je n’arrive pas à déterminer s’il s’agit de patriotisme enragé ou juste d’un manque de vocabulaire). Je l’ai vu régulièrement ces derniers temps et * oh fierté *, je crois qu’il a un peu progressé !

Et puis il y a Yuna : c’est la petite fille des propriétaires de Maison Bretonne, vous vous souvenez je la gardais quand je travaillais à la crêperie ? Eh bien je l’ai pas mal vue ces derniers temps, car sa maman (qui est japonaise, mais parle parfaitement français) était partie se balader en France ! Yuna, c’est un rayon de soleil, du concentré de vitamines, de la joie en barre ! On a bien ri, on a dansé, chanté en français, échangé nos identités, lu des histoires de princesses qui mettent les doigts dans le nez et de princes qui veulent épouser des artistes, regardé cinq fois tous les épisodes de TomTom & Nana, joué au foot-danse avec une boîte de mouchoirs et inventé de grandes aventures avec de petites figurines dépareillées. Moi qui ne voulais surtout pas faire de babysitting, me voilà conquise !

Voilà, alors vous comprenez maintenant qu’entre Excel, les articles de Voyapon, les cours de français et Yuna, ça a été un peu compliqué de vous écrire. Mais, promis, on vous donnera des nouvelles du Kyushu et je complèterai les rubriques « À Tokyo » à notre retour !

À très vite !

Publicités

One thought on “Bye-bye Tokyo, hello Kyūshū !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s