Une nuit dans le dôjô d’été du Bruit de l’eau

Avis à toutes celles et ceux qui rêvent de visiter le Japon, de dormir dans un ryokan et de se baigner dans un onsen ! J’ai dégoté une petite adresse pour vous faire patienter : le « Bruit de l’eau ». Pas donné, mais déjà plus accessible qu’un billet d’avion, cet ensemble de 4 ecolodges (un ecolodge est un lieu d’accueil particulièrement respectueux de l’environnement) est situé à Saint-Quentin-en-Tourmont, en baie de Somme. Une nuit dans le dôjô d’été du Bruit de l’eau a suffi à me replonger dans l’ambiance aventure-zen de mon année au Japon.

Le propriétaire des lieux, photographe et grand esthète, a imaginé une maison qui se fond dans la nature et gomme les notions d’intérieur et d’extérieur : de dehors, on la remarque à peine, nichée dans les hautes herbes. Dedans on est encore un peu dehors : de grandes baies vitrées traversantes nous invitent à contempler un jardin sec de graviers et de mousse tandis que bambous et petits pas japonais nous conduisent du salon à un autre jardin, plus sauvage. C’est aussi dans cet espace que se trouve le restaurant (quelques tables installées face au jardin sec, entre le salon et la cuisine ouverte).

Tout autour de sa maison, répartis ça et là sur un terrain marécageux se trouvent les fameux ecolodges conçus dans ce même esprit de communion avec la nature :

  • La suite Paris-Tokyo accolée à la maison, premier lieu créé par le propriétaire, peut-être le plus classique. On y retrouve une décoration japonisante, de larges ouvertures sur la nature et un hammam.
  • La cabane Rivages posée sur l’eau est ouverte de toutes parts sur le marais. Et pour encore mieux l’appréhender, un canoë en bois attend sagement dans une partie du salon conçue comme un abri à bateau.
  • L’Astrolab, une « bulle géodésique sur pilotis en bois et verre double vitrage » qui permet d’accompagner le coucher et le lever du soleil et d’observer les étoiles.
  • Et enfin, le Dôjô d’été, une structure traditionnelle japonaise en bois et panneaux de riz, là encore ouverte sur l’extérieur, avec un sauna d’inspiration russe à disposition.

Et au milieu de tout cela, un « furô », bain traditionnel japonais chauffé au feu de bois (sur réservation). Quel délice de retrouver les plaisirs de la baignade dans l’eau chaude en pleine nature, à la tombée de la nuit !

Notre expérience dans le Dôjô d’été

J’ai adoré retrouver la vie sur tatami : m’asseoir sur les chaises zaisu le long des panneaux coulissants, boire du gaimatcha en contemplant l’eau et les arbres, dormir sur un fûton blottie sous une grosse couette en plumes. Comme il ne faisait pas très chaud la nuit, j’ai aussi apprécié pouvoir faire un feu dans la petite cheminée à proximité du lit (faire un feu, ça réveille forcément mon côté aventurier). En revanche, le sauna n’a jamais vraiment suffisamment chauffé malgré les bûches flambantes dans son foyer et j’ai trouvé un peu dommage qu’il n’y ait pas d’alternative à la douche solaire pour vraiment se laver.

Nous avions pris le repas japonisant en option : le chef est très sympathique, il nous a raconté des anecdotes et a bien animé le dîner. On a même pu apporter une bouteille de saké que j’avais ramené du Japon lors de mon voyage dans le Shoryudo. Par contre si, comme moi, vous connaissez bien la cuisine japonaise ou avez l’habitude de vous rendre dans des restaurants fusion très fins, ne prenez pas le repas, vous pourriez être déçus. Le très copieux et raffiné petit-déjeuner suffit pour profiter de l’incroyable vue du restaurant.

Pour s’y rendre

  • Adresse : 1 chemin des Matelots, 80120 Saint-Quentin-en-Tourmont
  • Accessibilité : à 2h30 en voiture de Paris (si on prend l’autoroute). Malheureusement je pense que le lieu est difficilement accessible sans voiture.
  • Prix : compter environ 200 € la nuit (+/- en fonction de la saison)
  • Site web : www.lebruitdeleau.org/
  • Aux alentours : pas mal de choses à voir ! La randonnée dans le sable jusqu’à la plage et les dunes (compter 1h de marche au départ du Bruit de l’eau), la charmante ville de Saint-Valery-sur-Somme (je vous conseille de manger au Vélocipède, après avoir réservé), la visite du parc du Marquenterre, l’excursion pour voir les phoques…

Une réflexion au sujet de « Une nuit dans le dôjô d’été du Bruit de l’eau »

Répondre à marie Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s