Noël et Nouvel An au Japon : notre expérience

Tout le monde me demande comment les fêtes se sont passées pour nous. J’ai donc pensé qu’il serait intéressant de vous raconter ça ici ! Déjà, il faut savoir qu’au Japon, Noël est une fête uniquement commerciale célébrée plutôt en couple ou pour les enfants, tandis que le Nouvel An est la fête familiale et spirituelle (un peu le contraire de chez nous). Pour Noël, nous avons donc dîné entre amis, tandis que nous avons choisi de fêter le passage à la nouvelle année dans un temple !

Noël ou « Kurisumasu » version nippone

Au Japon, on ne fête Noël que depuis le 20e siècle. Les Japonais étant principalement bouddhistes ou shintos (seulement 2% de chrétiens), la naissance de Jésus n’a pas grand chose à y voir. Ici les couples organisent un dîner romantique, les jeunes ou les familles avec enfants mangent du poulet frit et les autres ne font rien de particulier. Seules quelques familles installent un sapin chez elles et offrent des cadeaux aux plus petits. Plusieurs théories circulent sur le net pour expliquer comment la fête de Noël se serait incrustée dans le calendrier japonais :

La théorie du KFC (ma préférée) 

Des soldats américains basés au Japon se seraient rendus au KFC pour acheter un « bucket » de poulet frit afin de remplacer la dinde de leur dîner de Noël. Cette habitude aurait donné des idées à l’enseigne qui aurait alors lancé des campagnes associant Noël au poulet frit. Je confirme, il existe bien une offre spéciale Noël au KFC et le soir du réveillon, c’est la queue devant les restaurants de Tokyo !

La théorie de la mondialisation (la plus probable)

Avec l’ouverture du Japon, Hollywood et l’arrivée d’internet, les Japonais ont été plus largement exposés à la culture occidentale. On sait qu’ils sont plutôt bon public (alors qu’Halloween n’a jamais vraiment pris en France, au Japon c’est un véritable événement), ils ne ratent donc pas une occasion de faire la fête ! D’ailleurs, les Japonais ne célèbrent que le soir du 24, ne vont évidemment pas à la messe et le 25 n’est pas férié !

La théorie du sapin influent (la plus improbable)

Sur Wikipédia, j’ai lu que « le premier Noël aurait été fêté en 1904 quand l’épicerie haut de gamme Meidi-ya dans le quartier de Ginza à Tokyo, expose un sapin de Noël en vitrine ». J’ai dû mal à imaginer qu’un simple sapin en vitrine soit à l’origine d’une telle déferlante commerciale !

Je pense que la vérité se situe un peu entre toutes ces théories. Quoi qu’il en soit, dès le 1er novembre, sapins et guirlandes lumineuses remplacent sorcières et citrouilles dans les rues et les vitrines des magasins de la capitale !

Les illuminations de Noël 2016 à Tokyo

/ Notre Noël japonais /

Comme pour nous Noël est une fête familiale, mais que nous n’avons pas de famille au Japon, nous avons organisé un dîner belgo-franco-japonais chez un couple d’amis. Au menu : velouté de potiron, temaki sushi (en forme de cône) et biscuits sablés de Noël. Côté boissons, vin chilien, bière belge et mousseux japonais ont accompagné les divers mets. À la fin du repas, nous nous sommes offerts des petits cadeaux à moins de 500¥, réunis autour d’un cactus enguirlandé. Même s’il n’y avait ni foie gras, ni saumon, ni bûche, je n’ai pas échappé au-retour-à-la-maison-le-ventre-lourd. En cause ? Des chips de luxe édition limitée au poivre que j’ai grignotées avant, pendant et après le dîner. J’ADORE les chips !

Le Nouvel An ou « Oshōgatsu » version nippone

Oubliez les cotillons, le champagne et Arthur ! Ici le Nouvel An c’est sérieux. Les Japonais ont généralement 3 jours de vacances nationales pour leur permettre de rentrer dans leur famille si besoin. De l’arrière grand-mère au petit-fils, tout le monde se réunit pour festoyer. On cuisine des mets traditionnels délicats chargés de promesses positives pour l’année à venir, on décore la maison avec des éléments religieux à la symbolique forte. En attendant minuit, on regarde des programmes télévisuels devenus traditionnels. À minuit, les plus jeunes reçoivent une enveloppe remplie d’argent (lorsqu’ils seront salariés, ce sera à leur tour de donner). À minuit ou les jours suivant, il faudra se rendre au temple (pour les bouddhistes) ou au sanctuaire (pour les shinto) pour « Hatsumōde », la première prière de l’année. 

/ Notre Nouvel An japonais /

Comme nous n’avons pas réussi à nous faire inviter dans une famille japonaise et que nous recevions des amis, nous avons commencé la soirée par un dîner dans un chouette restaurant. Puis nous avons traversé le crossing de Shibuya (bondé et sponsorisé par Coca-Cola) pour rejoindre le temple Tōfuku-ji très commodément situé à côté du sanctuaire Konnō Hachiman-gū.

Le crossing de Shibuya le soir du nouvel an Policier veillant sur le crossing de Shibuya, l’un des plus grand rond-point du monde.

Ça nous a permis de suivre à la fois la cérémonie traditionnelle shinto où un moine brûlait les porte-bonheurs, plaques votives et autres objets religieux datant de 2016 pour démarrer 2017 sur de nouvelles bases…

Cérémonie dans un sanctuaire shinto le soir du nouvel an

…et la cérémonie traditionnelle bouddhiste où chaque fidèle, après avoir prié, avait le privilège de porter l’un des coups de « Joya no kane », la cloche de la Saint-Sylvestre, qui sonne une centaine de fois après minuit. Je n’ai pas pu résister, je suis allée allumer un bâton d’encens, prier pour l’humanité (et les chatons). En échange, j’ai reçu un papier calligraphié, indiquant que je devais sonner le 100e coup de cloche ! J’ai senti la pression monter en attendant mon tour, mais tout s’est finalement bien passé.

Cérémonie dans un temple bouddhiste le soir sur nouvel an

Les fidèles distribuaient aussi des gobelets de « Oshiruko », une soupe sucrée garnie de haricots rouges. Tout le monde a eu le droit à son gobelet, même ceux qui ne priaient pas ! Nous avons tous été conquis par l’ambiance à la fois bon enfant et spirituelle qui régnait dans ces deux lieux. Pas de danse endiablée, ni de décompte euphorique, mais un moment spécial qui restera gravé pour toujours dans nos mémoires !

Vocabulaire utile 

  • Souhaiter un joyeux noël en japonais : « Méli Kurisumasu » ou « mélikuli »
  • Souhaiter une bonne année en japonais : « Akémashité Omédéto »

J’en profite pour vous souhaitez une très belle année 2017 ! 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s